page contents Auteur Débardeur de vies Synopsis_tome_1











SYNOPSIS  -  Tome 1

RÉSUMÉ



Le roman se déroule sur une période de quatre jours.


Au premier jour se situe le crime initial.


Le second est consacré aux réactions variées que ce délit suscite tant au niveau des membres de la famille de la victime que sur le plan social et politique. Une tentative d’évasion du présumé chef d’un groupe local de motards criminels et la découverte, dans un fossé, d’un agent double de la Sûreté municipale occasionneront des préoccupations majeures chez les forces de l’ordre.


Au troisième jour se dérouleront les interrogatoires des divers suspects potentiels du crime initial.


Par inadvertance, à la quatrième journée, sera démasqué l’auteur dudit crime initial. En épilogue se retrouveront les conclusions du procès et les décisions prises par la famille de la victime.

ISBN : 978-2-89612-456-5

Couverture souple couleur

Reliure alleande

Format 6X9 pouces 468 pages

Fondation littéraire Fleur de Lys

1ère édition

Exemplaire papier :29.95$ (Canada)

Exemplaire PDF :7.00$ (partout)

Achat, cliquez sur l'icône

SYNOPSIS



Ainsi, au jour un du drame, se place la mise en scène du premier crime à se produire dans la ville de Notre-Dame-du-Chêne, la tentative de meurtre sur la personne d’un psychocriminologue, M. Anthony Alvaro. Il est un expert dans les troubles de dépendances à l’alcool et aux drogues chez les criminels. Tout au long du récit, les différents personnages nous présenteront l’histoire et la personnalité de ce dernier qui rendront encore plus incompréhensible la motivation criminelle de vouloir l’éliminer. Les deux meilleures enquêteuses du service de police municipal, deux femmes (Isabelle Lamarre et Hyacinthe Paré), sont dépêchées sur les lieux du crime pour entreprendre l’enquête. La première est plus distinguée que la seconde, alors que la dernière possède un franc-parler qui dérange. Elles rencontreront celui qui a entendu dans la détonation d’un coup de fusil et qui a fait l’appel au 9-1-1. Il s’agit de M. Edmond Veilleux, un ex-policier de la GRC d’origine chinoise et propriétaire d’un dépanneur.


Aussi, dans cette première partie, en suivant le travail de différents policiers, dans les situations auxquelles les agents de la paix devront faire face, se révéleront chez eux des troubles de comportement. L’un a peur de l’autorité (David Cadieux), un autre éprouve un problème d’agressivité (Maxime Beauchemin) et un autre joue au bon pasteur (Sébastien Couillard). Le soir même du crime, après le boulot, David partagera avec Sébastien la cause de sa perturbation.


Le second jour est un feu d’artifice de réactions. Un journaliste local, Yannick Bernier, désirant être muté à un plus grand quotidien a écrit un article où il se permet d’avancer comme étant vraie ce qui n’était qu’une pure hypothèse. L’éditorialiste, Thomas Grenier, qu’on a sorti des boules à mites en rajoutera en pourfendant les malfaiteurs. L’animatrice d’une émission de tribune radiophonique, Judith Senneville, sur l’heure du midi, voudra récupérer ce matériel pour appuyer ses croyances politiques. Son objectif est d’amasser le plus de popularité possible afin de remporter son élection lors du prochain scrutin provincial.


En avant-midi, deux évènements viendront augmenter l’inquiétude et la confusion chez les forces de l’ordre. Le premier à se produire est la tentative d’évasion du présumé chef du club local des motards hors la loi, les « Malos Diablos », orchestrée par une association internationale de bandits, « les Hotheads », spécialisée dans la disparition de déchets industriels dangereux. Au Québec, ladite organisation avait aussi fait sa place dans le trafic de stupéfiants, créant un conflit avec la mafia montréalaise. Ce groupe est infiltré par un espion de la GRC. Grâce aux révélations de ce policier et à l’interception d’un message texte, la GRC sera au courant de la rencontre prochaine entre le grand patron des « Hotheads » et le parrain de la pègre dans un lieu touristique de la Ville de Montréal. Le second évènement à se produire dans la ville de Notre-Dame-du-Chêne sera la découverte par des étudiants d’une école secondaire d’un agent double de la Sûreté municipale, Guillaume Dumoulin, inconscient et nu dans un fossé.


En ce même jour, en début de matinée, la publication d’un dossier spécial politique par le très réputé chroniqueur parlementaire, Richard Dupont, fera en sorte de mettre sur les dents le gouvernement. L’évêque anglican de Montréal, Monseigneur Andrew Cunningham, fera des pressions auprès de l’un de ses amis, le ministre de la Justice, M. Benoit Gervais, afin que l’auteur de la tentative de meurtre sur la personne d’Alvaro soit identifié le plus tôt possible. Le beau-frère d’Alvaro, Sean O’Connor, occupe la fonction d’attaché politique auprès du ministre de la Sécurité publique, M. Levi Cohen. À la réunion du conseil des ministres, on décidera de poser un geste pour dévier l’attention des médias et de la population du bilan plutôt négatif de leur gouvernement qui se retrouve dans sa dernière année de mandat. On se servira des évènements qui se sont produits dans la ville de Notre-Dame-du-Chêne pour lancer une guerre à la drogue. Dans une conférence de presse convoquée à la hâte en début d’après-midi, le Premier ministre Jacques Belhumeur dévoilera des éléments inappropriés pour justifier leur action politique. Résultats : envahissement de la ville de Notre-Dame-du-Chêne par des journalistes, réaction publique de soutien de la part de nombreux citoyens sur les lieux de travail d’Alvaro et au centre hospitalier, manifestation organisée par les motards devant l’édifice du journal local, débarquement de la SQ.


Sur l’heure de midi, alors qu’il est hospitalisé, l’agent Dumoulin sera enlevé et conduit dans un endroit tenu secret. Deux suspects seront arrêtés puis libérés, messieurs Nicolas Jolicoeur et Patrice Bérard. Ce dernier est propriétaire d’une petite scierie dans le village voisin de St-Gérald. Le premier est un ex-pasteur protestant qui a perdu son poste à la suite d’une dénonciation pour « faute professionnelle ». C’est M. Anthony Alvaro qui avait porté plainte conséquemment à des conseils erronés que ledit pasteur avait donnés à l’un de ses membres qui était devenu son client. Jolicoeur haïssait Alvaro pour s’en confesser tous les jours à son Seigneur.


Tout au long de la journée, le récit portera sur les diverses réactions de l’épouse de M. Anthony Alvaro, madame Deidre O’Connor, et de sa famille : apitoiement, incompréhension, débat intérieur pour garder l’espoir, processus de victimisation, acharnement amoureux. Curieusement, ni les parents d’Anthony, ni son frère et ni sa sœur, ne se manifesteront malgré la médiatisation de l’évènement de la tentative de meurtre.


En ce premier jour d’investigation policière qui est le second dans le roman, la collecte d’informations de la part des deux détectives, Isabelle Lamarre et Hyacinthe Paré, ne donnera aucun résultat, étant sauf une brève liste de suspects potentiels. La tentative d’évasion du présumé chef des Malos Diablos, la découverte de l’agent Dumoulin, la guerre à la drogue, l’appui de la SQ, orienteront l’enquête vers les motards criminels.

  

ISBN : 978-2-924742-00-6


Texte revu et corrigé

Format ePub

Centre d'entraide La boussole

2ième édition

Disponible chez Kobo.com, indigo.ca,

Iggybook.com (France)

et amazon.ca (ASIN: B01N0Q3CZ0)

Achat, cliquez sur une icône

ISBN : 978-2-924742-02-0


Format ePub

Centre d'entraide La boussole

3ième édition

Disponible chez lulu.com.

Achat, cliquez sur une icône

Fomrat ePUB

ISBN : 979-10-290-0639-5


Format papier

ISBN : 979-10-290-0365-7

Les éditions CHAPITRE.COM

4ième édition (France)

Achat, cliquez sur une icône

VENTE au profit du

Centre d'entraide La boussole